Nicolas Michaux + Baudour

Samedi 14 novembre | 20:00 (doors) – 21:00 (concert)
Songwriter
Concert “club”
Prévente : 12 € (hors frais de transaction) | Caisse : 15 €
(- 50 % pour les jeunes de moins de 26 ans)

Tickets

Bio courte :

Nicolas Michaux symbolise la relève d’une chanson francophone moderne et pop, où le texte détient une place centrale. S’il écrit principalement en français, sa musique est riche d’influences internationales. Car qu’importe l’idiome, ce qui compte pour Nicolas, c’est que l’écriture soit une prise de risque. Ainsi, son premier album « À la vie, à la mort », composé sur l’île de Samsø au Danemark, navigue entre les langues et les époques. Acclamé par la presse musicale, « A la vie, à la mort » offre autant d’ambiances que de titres, juxtaposant ballades rock-psyché et rythmiques new wave.

En français ou en anglais, aux synthés ou à la guitare, Nicolas Michaux nous séduit par un romantisme et une originalité bruts, qui rappellent à la fois Mac Demarco et Frànçois & The Atlas Mountains. Rendez-vous au Salon le 14 novembre pour découvrir en avant-première, « Amour Colère », son nouvel opus à venir. Enregistré encore une fois à Samsø, cet album volontairement dépouillé parle de la vie domestique, du temps qui passe et des enfants qui grandissent, mais également des frustrations que nous ressentons tous en attendant des désastres imminents. Vous avez dit “visionnaire” ?

En voici un extrait :

Bio complète :

Le 21 avril, Nicolas Michaux a sorti « Harvesters », première chanson extraite d’un album à paraître en septembre et intitulé « Amour Colère ». Dépouillé et méditatif, « Harvesters » chronique la vie domestique et sa relation avec les cycles de la nature et le passage du temps. Quand Michaux chante « got a child that I carry around in the tray of my barrow » et « you’re the richest soil I’ll ever sow » il évoque un imaginaire romantique du monde vivant dans ce qu’il a d’immuable et de résilient.

La belle vidéo qui accompagne le titre réalisée par Nicolas Michaux et Alessandro Bertoncini a été tournée sur l’île de Samsø au Danemark, où Nicolas vit la plupart de l’année avec sa compagne et leur fille. Elle dépeint un refuge entouré d’animaux et fait de tranquillité domestique, de beauté naturelle et de liberté artistique.

Harvesters a été enregistré et produit par Nicolas, avec l’aide de son fidèle collaborateur, Morgan Vigilante à la batterie.

Nicolas est à la fois auteur-compositeur et producteur. De nationalité belge, il partage  désormais son temps entre Bruxelles, où il est membre du collectif Capitane Records, et Samsø, où il soigne son jardin et travaille sur sa musique. Il écrit et chante en anglais et en français, se tenant consciemment à la croisée de différentes traditions : la grande époque de la chanson française, les songwriters américains, le rock anglais des années 60, les premières heures de la new wave, l’apogée du Highlife ghanéen… Et cependant Nicolas est guidé par un style et un esprit profondément personnels et distinctifs.

Ses enregistrements, faits maison et réalistes, presque des documentaires dirait-on, témoignent d’une vie passée à l’écoute. « La musique est quelque chose qui se passe, pas quelque chose que l’on fait », dit-il quand on lui demande de parler de son processus créatif.

Le style de production de Nicolas dépeint en effet des images sonores vives, enracinées dans une profonde considération des instruments et des textures qu’ils évoquent. À la manière d’un paysagiste, son travail est une méditation sur le monde vivant. Sa “peinture” est le spectre musical.

Intitulé Amour Colère, son prochain album est un recueil de dix chansons simples et signifiantes, enregistrées à Samsø pendant l’hiver et le printemps 2019. C’est une tapisserie de batteries chaudes, de lignes de basse granuleuses et de guitares habitées, sur lesquelles règne la voix caractéristique de Nicolas, qui joue de tous les instruments mélodiques… A découvrir le 14 novembre au Salon !

Baudour

Site officiel
Facebook
Instagram

Baudour, c’est avant tout un auteur-compositeur dont l’ethnie se raréfie : il compose en français… Ses mots sont embarqués dans des wagons qui, les uns derrière les autres, constituent “son” train à destination d’un monde “où l’homme pourrait vivre autrement…” Sa locomotive est sensible et puissante à la fois ! Elle tourne grâce à un subtil mélange musical, entre poésie et philosophie. Il ne la conduit pas seul, ses musiciens l’accompagnent dans son voyage…“En marchant” sur les quais de sa prochaine gare, laissez-vous tranporter par son premier album, au titre éponyme. Sur les rails, il vous reste à parcourir sa terre.

 

This entry was posted in Concerts. Bookmark the permalink.