Saule + Lisza

Samedi 5 mai 2018 | 21:00
Pop-“saule”
Grande scène
16 € (prévente – hors frais de réservation) | 20 € (caisse)
Avec le soutien du Centre Culturel de Silly

Tickets

5 ans après «Géant», album de la consécration pour Baptiste Lalieu, alias Saule, le voici de retour avec un nouvel LP solo intitulé «L’Eclaircie» et préfacé par le single «Comme», qui tourne sur à peu près toutes les ondes en Belgique et ailleurs… C’est peu dire qu’il a trouvé la formule magique pour confectionner des tubes, l’ami Saule, seul ou comme jadis avec ses ‘Pleureurs’, ou encore en duo avec Charlie Winston pour le titre «Dusty Men», véritable carton voici 4 ans. Pour cet opus, il s’est encadré d’un autre magicien nommé Mark Plati, qui a déjà joué de sa baguette au mix sur les albums de Louise Attaque, Rita Mitsouko et du maître David Bowie, excusez du peu ! Le Salon sera donc une fois de plus conquis par cet artiste bourré de talent pour découvrir ses nouvelles productions et pour, comme à chaque concert de Saule, passer un très chouette moment authentique et intimiste ! Rendez-vous le 5 mai les fans !

LISZA est un groupe formé en 2014 par Lisza et Vincent Liben.

Elle s’appelle Lisza et rêve de musique, lui Vincent Liben, en fait depuis longtemps. Ensemble, ils décident de former un groupe qui portera son nom à elle. Elle se croyait incapable de composer une chanson. C’est grâce à lui qu’elle a osé essayer. « Il m’a dit : tu prends ta guitare et tu verras bien ce qui en sort ! ». Leur musique, empreinte d’une mélancolie « saudade », semble chercher une échappée possible, un coin de soleil dans la nuit peuplée des ombres étranges des souvenirs. On y croise les images et les sensations de l’enfance, les premiers vertiges du désir et de l’absence, la découverte de la solitude et du temps qui passe mais, plus que tout, la quête incessante d’une innocence que l’on aurait perdue. Lisza tenterait-elle de se défaire du passé dans un voyage vers un ailleurs dans lequel subsiste, presque toujours, la nostalgie du retour ? Oui, sans hésiter. Et pourtant, quelque chose se fait sentir à l’horizon, comme un besoin de dire, une envie de vivre. Lisza continuera sa route sur les chemins sauvages de sa mémoire vagabonde, elle ira jusqu’à l’aube.

This entry was posted in Concerts. Bookmark the permalink.