BRNS + Theo Clark

Samedi 10 mars 2018 | 21:00
Pop-rock
Grande scène
15 € (prévente – hors frais de réservation) | 20 € (caisse)

Tickets

BRNS

Après le succès de “Patine”, bousculant les étiquettes post-machin-chose, les Bruxellois gagnent en assurance. Plus fun, plus éclaté, l’EP et l’album ont été composés dans un esprit nineties. Sous la houlette de Tommy Desmedt (Girls in Hawaii, Robbing Millions), le groupe a pris le temps de se poser. Multipliant les synthés beau bizarre, la ligne directrice demeure : une forme de collage pop instinctif dont le groupe ne s’est jamais caché, où les mélodies bourgeonnent sur des structures un peu cassées (Forest, So Close). Avec un bouquet de morceaux plus directs (Home, Pious Platitudes), moins concept, peut-être moins dark aussi, BRNS étend encore ses ramifications. Tu feras juste gaffe aux épines lorsque, à la deuxième ou troisième écoute, se découvrent d’autres arrangements, d’autres subtilités. De la pop sur laquelle tracer puis brouiller les pistes. Effrontément. Sugar High!

Un morceau du nouvel album :

Theo Clark

Theo Clark débarque avec un premier album intense et sombre, “Terror Terror Everywhere Nor Any Stop to Think”.

Au gré des titres, il y dépeint l’ambiance de terreur croissante qui embrase nos sociétés. Un disque à la fois intime et corrosif, qui soulève des questions contemporaines et lourdes de sens. Armés de guitares, Clark et son groupe abordent des thèmes tels que l’aliénation de l’individu à l’ère des réseaux sociaux, le rôle des médias dans la peur du terrorisme et la déresponsabilisation collective face à la crise des réfugiés. Des sujets brûlants, abordés tels qu’ils les perçoivent, tantôt avec la douceur de la pop, tantôt avec la rage et la noirceur d’un rock trempé et terriblement terrifiant, le tout orchestré par la main magistrale de Boris Gronemberger (V.O.) à la production et enregistré sous le regard méticuleux de Laurent Eyen au Koko Studio.

Sur scène, c’est un déferlement incessant d’énergie, un mélange hybride et psychédélique de six cordes hurlantes et de claviers qui prennent aux tripes… On a hâte non ?

“Terror Terror Everywhere Nor Any Stop to Think”, disponible le 15 novembre sur Anorak records et distribué par CD&S.

Un avant-goût par ici :

This entry was posted in Concerts. Bookmark the permalink.